Valoriser et épauler les proches aidants, ces alliés incontournables pour un Québec équitable.

Budget 2021-2022 : Soutenons le milieu communautaire en attendant la politique de soutien aux proches aidants

Budget 2021-2022 : Soutenons le milieu communautaire en attendant la politique de soutien aux proches aidants

Montréal, le 25 mars 2021 – Le Regroupement des aidants naturels du Québec est impatient de connaitre les montants qui seront octroyés pour la politique nationale de soutien aux personnes proches aidantes, qui devrait sortir le 28 avril. Bien que le budget 2021-2022 ajoute un montant supplémentaire de 19 millions pour augmenter le soutien actuel aux personnes proches aidantes, il faut toutefois noter que ce soient des mesures structurelles qui sont nécessaires puisque peu d’organismes communautaires et les proches aidants qu’ils soutiennent, bénéficient actuellement des services correspondants à leurs besoins.

Depuis plus de 30 ans, et encore plus en contexte de pandémie, les organismes communautaires ont assuré des services et du soutien essentiels aux personnes proches aidantes (répit, soutien psychosocial, formation, information, etc.), alors que le réseau de la santé délestait  de nombreux services. « Nous demandons à la Ministre Marguerite Blais qu’un pourcentage important soit dédié au financement récurrent des organismes communautaires. Malheureusement, ces dernières années, les montants otroyés étaient insuffisants. Les organismes sont dans l’impossibilité  d’innover, ni d’amplifier leurs services ou de réduire leur liste d’attente. » explique Mélanie Perroux, directrice générale du RANQ.

La pandémie a démontré que le système d’hébergement des soins de longue durée n’est pas la panacée. Les personnes en situation de handicap, les personnes aînées et leurs proches aidants devraient pouvoir choisir de demeurer à domicile. Pourtant, le gouvernement investit massivement dans le développement de Maisons des Ainés, dans les résidences privées pour aînés (RPA), et dans un crédit d’impôt qui bénéficie aux RPA. Mais le crédit d’impôt pour les personnes proches aidantes n’est quant à lui pas bonifié. « Le budget montre un investissement dans les soins à domicile, mais il faut en revoir toute la vision et l’organisation. Aujourd’hui, 85% des soins sont donnés par les personnes proches aidantes, au détriment de leur santé mentale, physique et financière. Avec le vieillissement de la population, un système de santé public efficace est primordial pour la qualité de vie des personnes proches aidantes pour qu’elles arrêtent de s’appauvrir à long terme. » déclare Mme Perroux.