Valoriser et épauler les proches aidants, ces alliés incontournables pour un Québec équitable.

Pourquoi les proches aidants doivent être considérés comme de véritables partenaires de soin ?

Pourquoi les proches aidants doivent être considérés comme de véritables partenaires de soin ?

Pourquoi les proches aidants devraient être considérés comme de véritables partenaires de soin ?

Les personnes proches aidants sont souvent amenées à être en contact direct avec le personnel soignant. Toutefois, ces derniers n’apprécient pas et ne comprennent pas toujours ce que la portée de ce que les aidants font pour leur proche. Les proches aidants sont considérés comme des « béquilles vivantes » ou les cerveaux externes de leur patient alors qu’ils devraient être abordés comme des véritables partenaires de soin.

  • Proches aidants : experts de leur situation

Étant impliqué dans le quotidien de la personne aidée, la personne proche aidante est experte de sa situation. Elle est la première à observer l’évolution de la situation de la personne aidée car elle assure une présence continue auprès d’elle. En somme, elle agit comme coordonnatrice de soins, s’assure de conduire aux rendez-vous médicaux et est informée des résultats de tests, de la médication et des plans d’intervention. De plus, elle développe des compétences relationnelles spécifiques à la situation de la personne aidée, car elles partagent des liens forts. Également, dans le cadre des soins dispensées, la personne proche aidante développe des techniques multiples.

  •  Intérêt du patient

Dans l’intérêt de la condition de santé du patient, l’expertise du proche aidant ne devrait pas être mise de côté. Plutôt, il doit être partie prenante et être considéré comme un partenaire dans la mise en place de plans d’intervention et l’organisation des soins. Cette approche a été appuyé lors des deux forums sur les meilleures pratiques, organisé par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Par ailleurs de nombreux projets ont démontré son efficacité et elle a été mentionnée dans la politique « Chez soi : le premier choix ».

  • Lien de confiance dans l’équipe

Le RANQ préconise que lien de confiance doit être favorisée entre le personnel de soin et les personnes proches aidantes. En effet, la dyade aidant/aidé est renforcée par une expérience de soin basée sur des liens étroits et chaleureux avec les professionnels. En impliquant les proches aidants dans l’élaboration, le suivi et l’évaluation des plans de soins et de soutien, le corps soignant pourra profiter de leurs expertises et optimiser l’offre de soin.

Source :