À propos

Les personnes proches aidantes assurent volontairement des soins et des services sans rémunération à une personne de leur entourage ayant une ou des incapacités temporaires ou permanentes (accident, handicap, maladie, vieillissement, etc.) et pour laquelle elles ont un lien affectif (père, mère, conjoint-e, enfant, frère, sœur, voisin-e, ami-e, etc.). À ce titre, les personnes proches aidantes :

  • Offrent un soutien émotionnel, prodiguent des soins ou répondent à des besoins liés à la situation de la personne (par exemple : commissions, transport, rendez-vous avec les spécialistes, repas, ménage, etc.). Elles le font en complément des soins et services dispensés par le réseau public de santé et des services sociaux.
  • Soutiennent la personne aidée de manière occasionnelle ou continue, à court ou à long terme, selon l’évolution de l’intensité de la situation de la personne aidée.
  • Jouent leur rôle à domicile, au domicile de la personne aidée ou dans des lieux de résidence institutionnels (ressources spécialisées, CHSLD, ressources intermédiaires, etc.).
  • Offrent leur soutien volontairement, selon leur propre situation de vie et leurs capacités et peuvent, à tout moment, décider de le réduire ou de mettre fin à leur implication auprès de la personne aidée.

Les parents d’enfants en situation de handicap et ce sans égard à l’âge de cet enfant, les proches d’une personne adulte sans être aînée sont également des personnes proches aidantes. Il s’agit donc d’un rôle qui s’ajoute à celui de parent, de conjoint, de travailleur, etc. et redéfinit la relation affective envers l’aidé. Cependant, il ne faut pas confondre rôle et identité, c’est pourquoi les proches aidants doivent pouvoir bénéficier de services de relève et de répit pour maintenir du temps pour eux, pour leurs loisirs et pour entretenir leurs autres liens relationnels et familiaux. D’autant plus que plus de 20% des proches aidants accompagnent plus de 2 personnes aidées.

women-3394510